Traverser en bateau d’Aktau à Bakou

Je sais que nombre d’entre vous étaient curieux de savoir comment se passait cette fameuse traversée de la mer caspienne, et vous allez enfin être satisfait. Mais avant d’attaquer la traversée en elle-même, il faut d’abord que je vous dise un mot de comment ça se passe pour trouver le bateau.

En principe, c’est très simple : vous allez au bureau de vente des tickets au centre-ville, vous déposez votre nom et votre numéro de téléphone (ou celui de votre hôtel) et vous attendez que l’on vous appelle (normalement un jour à l’avance) pour vous prévenir du départ imminent du ferry. Vous allez ensuite acheter votre ticket et le lendemain, vous vous présentez au port et attendez la suite des événements. Dans les faits, j’ai eu le nez fin de passer de nouveau au bureau de vente après m’être inscrit puisque sans que personne n’ait téléphoné à mon hôtel, j’ai découvert que le ferry partait le lendemain. “Be at the port at 8am” m’a dit la vendeuse.

Petite photo interdite du port d'Aktau

Petite photo interdite du port d'Aktau

Pour la suite de cet article, je vous propose une petite chronologie des événements :

6h30 : Le réveil sonne et je me lève avec difficulté après une nuit pas très bonne.

7h : Après une troisième tentative, l’hôtel finit par contacter un taxi qui vient me chercher pour m’emmener au port.

7h15 : J’arrive au port et on me fait signe d’attendre dans une salle où l’on allume gentiment la télé en Kazakh, plus pour l’employé mort d’ennui que pour moi, il me semble. Je suis seul dans la salle (avec le fameux employé).

9h : Les autres passagers commencent à arriver.

10h30 : Les douaniers arrivent au travail.

12h : Un par un, les passagers passent la douane.

15h : Nous embarquons sur le bateau.

18h : Le bateau quitte le quai.

22h : Dodo après la visite du bateau et de la cabine de pilotage avec un marin amical s’auto surnommant Al Pacino.

9h30 : Réveil

15h : Arrivée dans la baie de Baku. Nous jetons l’ancre et attendons une place dans le port.

21h : Le bateau arrive à quai.

22h : Nous débarquons et sommes accueillis par la douane.

23h30 : Je quitte le port, pris en auto-stop par Christiane, une sympathique Suisse qui voyage en 4*4 depuis quelques mois.

00h30 : Après avoir laissé Christiane à son hôtel, je trouve une auberge de jeunesse dans la vieille ville de Bakou.

1h : Dodo, au son de la climatisation de la chambre.

Arrivée à Bakou

Arrivée à Bakou

Mais maintenant que vous avez le déroulé de l’action, revenons sur quelques détails. D’abord le fait que les photos sont interdites dans le port, même si je ne vois pas trop quel secret défense il y aurait à voler. Heureusement, personne ne surveille le pont supérieur du bateau qui offre pourtant une bonne vue. Ensuite, revenons un peu sur ce bateau, le MS Mercury 1. Je m’attendais à trouver une sorte de ruine, à l’image de la plupart des restes de l’ère soviétique, mais bien que sans doute un peu vieillot, le rafiot est tout à fait potable : pas de rouille, une sorte de salon, une cabine avec un lavabo, que demande le peuple ! En l’occurrence, le peuple demanderait sans doute un peu plus qu’un seul toilette pour 20 passagers et quelques chaises à ajouter aux 6 fauteuils, mais ne soyons pas difficiles.

L’autre bonne surprise, c’est la météo marine, à savoir mer presque d’huile, seulement agitée d’une petite brise rafraîchissante, ce qui permet d’admirer un superbe coucher de soleil, ainsi qu’un joli lever de lune, en compagnie de Christiane et de ses amis syriens qui n’ont qu’une idée en tête : aller en Italie avec elle. Pour situer un petit peu le contexte, Christiane voyage seule depuis avril, de la Suisse jusqu’au Tadjikistan, en 4*4, a 54 ans, et est grand-mère d’un petit garçon. Vous comprenez facilement qu’elle n’a rien à faire d’un Syrien dans ses bagages.

L'ancre est jetée mais on n'est pas encore arrivé !

L'ancre est jetée mais on n'est pas encore arrivé !

Pour résumer, à part les 11h d’attente au départ et les 8h à l’arrivée, cette traversée s’est révélée une très bonne expérience, contrairement à ce que j’attendais : pas de vagues, pas de mal de mer, pas de rats dans les couloirs, et de la compagnie avec qui discuter, en Français qui plus est !!

Be Sociable, Share!

4 comments to Traverser en bateau d’Aktau à Bakou

  • J’admire ta patience. Je ne sais bien qu’il n’y a pas beaucoup de choix mais, cette attente totalement inutile aurait mis mes nerfs à rude épreuve.

  • Max

    il devait être bourré, je l’ai connu beaucoup moins patient…

  • Clem

    J’avais personne sur qui taper, ils étaient tous costauds ! Et si je leur avais gueulé dessus, de toute façon, ils n’auraient rien compris …

  • thibaut

    salut,

    je viens de lire ton résumé.
    Ca doit etre une expérience intéressante.
    Peux-tu me dire sur quelle company de ferry as-tu voyagé?
    Aurais-tu une idée du prix d’un ticket pour un van?

    Merci,
    Thibaut

Leave a Reply

  

  

  

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>