( ‹ Ani    Ilhara Valley › Premiers jours en Cappadoce Alors que vous lisez ces lignes, je m’apprête à quitter la Cappadoce, après plus d’une semaine sur place. A quoi ai-je bien pu m’occu | onvousemmene

Premiers jours en Cappadoce

Alors que vous lisez ces lignes, je m’apprête à quitter la Cappadoce, après plus d’une semaine sur place. A quoi ai-je bien pu m’occuper pendant tout ce temps dans une aussi petite région, et pourquoi est-ce que je ne vous ai rien raconté sur cette partie du voyage jusque là ? C’est ce que vous allez comprendre en poursuivant votre lecture.

Ca c'est du chou ! Marché de Nevsehir.

Ca c'est du chou ! Marché de Nevsehir.

Il me faut auparavant vous toucher un mot de mon trajet entre Kars et Göreme (la capitale touristique de la Cappadoce), juste histoire de préciser que 20h de train, en Turquie, quand il pleut beaucoup, ça peut vite devenir 10h de train et 10h de bus, ces dernières étant de préférence effectuées de nuit, parce qu’en train, cela aurait été trop confortable. Et il me faut aussi adresser un reproche indirect aux auteurs du Lonely Planet : non, à Kayseri, la distance entre la gare ferroviaire  et celle de bus n’est pas de 500m mais plutôt d’une dizaine de kilomètres, ce qui à pied peut faire un peu long. J’en profite d’ailleurs pour remercier le chauffeur de bus qui a accepté de me laisser monter gratis à mi-parcours.

Couleur d'automne sur la Cappadoce

Couleur d'automne sur la Cappadoce

Revenons à nos moutons et mes activités cappadocienne. Je passerai rapidement sur le premier jour passé au gigantesque marché de Nevsehir, ce qui m’a permis d’acheter à prix turcs (comprendre non touristiques comme à Göreme) de quoi me faire des festins tous les soirs, pour arriver directement à mes 2 vrais premiers jours, passés avec un Allemand dénommé Franco.
Le premier de ces 2 jours, j’ai rapidement convaincu Franco de m’accompagner dans ma randonnée de la journée, dont le but était de rejoindre le musée de Zelve en passant par 2 vallées intéressantes, la Rose et la Rouge. Comme Franco s’est révélé aussi prompt que moi à choisir les chemins les plus improbables, nous n’avons jamais atteint l’objectif le premier jour, mais nous sommes bien amusés à grimper toute sorte de canyon, et nous sommes régalés du délicieux raisin abandonné dans les vignes par les habitants (on a aussi piqué quelques tomates et des courgettes géantes je dois avouer). Nous avons quand même atteint le petit village de Cavusin situé à mi-parcours, ce qui n’est pas si mal lorsqu’on considère les situations périlleuses dans lesquelles nous nous sommes retrouvés. Ce premier jour en tout cas m’a aidé à comprendre pourquoi la région est si touristique : c’est absolument magnifique !

La vallée Rose

La vallée Rose

Le deuxième jour, Franco s’est invité de lui-même dans notre seconde tentative de rejoindre Zelve. Cette fois, nous ne nous sommes presque pas perdus et n’avons subit qu’un revers : celui de se prendre une bonne drache sur la tête pile pour la visite de Zelve. Qu’à cela ne tienne, on a quand même pu faire les 10 kilomètres retour au sec en admirant un impressionnant convoi officiel albanais d’une bonne dizaine de voitures (et autant d’escortes policières).

Coucher de soleil sur la vallée des champignons

Coucher de soleil sur la vallée des champignons

Le lendemain, Franco avait d’autres projets en tête, et c’est donc seul que j’ai entamé la marche vers Ucisar à travers la vallée aux Pigeons. Mais je ne suis pas resté seul longtemps : j’ai rencontré un adorable couple suédo-australien, Emma et Henry, avec qui j’ai passé le reste de la journée et la soirée. Henry est un grimpeur, aussi ne serez-vous pas surpris d’apprendre que nous avons inventé toute sorte de blocs dans les grottes d’Ucisar, tout cela pour constater que le rocher était vraiment mauvais. Qu’importe, cela fait déjà 3 jours que je marche dans ces canyons aux diverses formations rocheuses, et je ne m’en lasse pas.
Le soir, je leur fais part de mon projet de visite de la vallée d’Ilhara et nous convenons de nous retrouver le lendemain pour faire ensemble cette petite expédition. Mais si vous voulez apprendre les mille et une recette de l’auto-stop en Turquie et comment dormir dans une vallée sans tente par 5°, il vous faudra vous ronger impatiemment les ongles jusqu’à demain !

Be Sociable, Share!

3 comments to Premiers jours en Cappadoce

  • J’ai vu les mêmes choux, gros et plats, la semaine dernière au marché à côté de chez moi. C’était la première fois que j’en voyais de tel et, du coup, je suis assez étonné de les voir par là bas également.

  • Et puis, ta première balade en Cappadoce datant de tes même pas deux ans je comprends que tu aies envie de revenir aux sources :-)

  • Clem

    D’ailleurs j’ai reconnu tous les endroits où j’étais déjà passé !

Leave a Reply

  

  

  

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>