( ‹ Premiers jours en Cappadoce    Auto-stop et ville souterraine › Ilhara Valley De bonne heure ce matin, je retrouve Emma et Henry pour aller passer 2 jours avec eux à visiter la vallée d’Ilhara. Nou | onvousemmene

Ilhara Valley

De bonne heure ce matin, je retrouve Emma et Henry pour aller passer 2 jours avec eux à visiter la vallée d’Ilhara. Nous avons tous des sacs assez conséquents pour dormir et survivre en eau et en nourriture pendant 2 jours, mais nous sommes également tous ravis de partir sous un ciel bleu vierge de tout nuage.

Ilhara Valley

Ilhara Valley

Tous les changements de bus se passent bien (malgré l’heure et demie d’attente après notre premier trajet) et nous parvenons à Ilhara — le village de départ de notre randonnée — vers midi. Pour autant, pas de stress : nous avons 2 jours pour parcourir les 14km de la vallée jusqu’au village de Selime et revenir à Göreme, ça devrait aller. Nous profitons donc du paysage magnifique offert par cette gorge profonde, et visitons un certain nombre d’églises taillées dans la roche sur le chemin. Bien sûr, comme on ne se refait pas, on grimpe aussi à droite et à gauche, mais le rocher est toujours aussi mauvais.

Exploration de grottes à dans la vallée d'Ilhara

Exploration de grottes à dans la vallée d'Ilhara

Alors que nous dépassons une pancarte marquant la moitié du parcours, nous sommes rejoints par 2 chiennes qui poursuivent avec nous notre chemin. Nous commençons aussi sérieusement à penser à trouver un abri pour la nuit : la vallée s’est élargie et les grottes se font rares — ou sont situées tout en haut de la falaise. Mais nous finissons par trouver notre bonheur, qui a l’air de plaire également aux chiennes qui établissent leur camp à l’entrée de la grotte. On installe le camp alors que le soleil disparaît peu à peu derrière la montagne et que le froid s’installe. A 5h, tout est prêt et tout le monde est en anorak. Tandis que la nuit tombe, on lance le repas — pardon le festin — et on allume les bougies pour un repas aux chandelles de type assez médiéval. On est sympa et on ne va quand même pas jusqu’à s’essuyer les mains sur les chiens. Et comme dans tout bon trek, à 9h on est couché.

Nuit en grotte

Nuit en grotte

Le lendemain, le temps d’émerger, de constater qu’il fait au moins 5° de plus à l’intérieur à qu’à l’extérieur, et de préparer un petit déjeuner gargantuesque, nous ne prenons la route — ou plutôt le chemin — que vers 11h, tandis que les chiens nous faussent compagnie.
Nous parvenons rapidement à Selime et nous laissons tenter par la visite du “Monastère”. Il s’agit de tout un complexe de grottes utilisées au début du christianisme comme monastère, mais aussi comme ville. On y trouve une cathédrale impressionnante, et aussi tout un réseau de tunnels assez marrants à explorer, surtout quand on a oublié sa frontale et qu’on s’éclaire à la lueur de l’appareil photo.

Petit tunnel vertigineux

Petit tunnel vertigineux

Vers 14h, nous ressortons et apprenons que le prochain bus est à 15h. C’est donc parti pour une petit session de stop. La première voiture qui passe s’arrête et nous amène jusqu’à Aksaray, la plus grosse ville de la région. Devant notre succès, nous décidons de poursuivre l’expérience (Henry et Emma sont des auto-stoppeurs chevronnés). Nous nous dirigeons donc vers la sortie de la ville et assez rapidement une voiture assez cabossée s’arrête. “Français ?”, nous demande le chauffeur.
Ramazan habite depuis 30 ans en France et sa première femme était française. Il n’est pas bilingue mais pas loin, et il est ravi de rompre un peu sa solitude puisque depuis une semaine, sa femme est rentrée en France. Au lieu de nous déposer à l’embranchement lorsqu’il sort de l’autoroute pour rejoindre son village, il nous amène chez pour un “café” : du pain, des olives, du miel et du yaourt, le tout provenant des petites fermes alentours. Un délice. Les affaires ont l’air de bien marcher pour lui puisqu’il se permet 2 à 3 fois par ans de dépenser 2500€ pour ses 15 jours de vacances tandis que sa femme et ses enfants gardent l’entreprise familiale de construction. Il a d’ailleurs plusieurs baraques dans la région et nous propose d’aller en visiter une autre, plus près de Gôreme. Enfin, c’est ce que nous avions compris, mais en fait, il ne fait que nous avancer de 30km sur notre itinéraire, juste comme ça pour passer le temps.
De là, nous trouvons un minibus pour rejoindre la ville de Nevsehir, à 10km de Göreme. A notre arrivée, nous somme pris en charge par Mustafa, qui nous amène jusqu’à l’arrêt du bus pour Göreme et attend le bus avec nous. Mustafa vit depuis 30 ans en France, à Vannes, et possède une entreprise de construction. Après les Portugais dans les années 20 et 30, il semble que le filon ait été repris par les Turcs !!

Be Sociable, Share!

Leave a Reply

  

  

  

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>